La communication interpersonnelle

Votre agence de communication

Besoin d’une agence de communication pour effectuer une demande de devis ?

Pourquoi acquérir de meilleures compétences en communication interpersonnelle ?

Vos capacités de communication interpersonnelle constituent la base des relations personnelles et professionnelles. De plus, les employeurs disent depuis des années qu’ils veulent des employés qui possèdent d’excellentes compétences en communication.

Pourtant, selon Jeff Weiner, PDG de LInkedin, ” les communications sont le manque de compétences n°1 dans ces grandes villes des Etats-Unis “. Une cause probable – la forte utilisation du texte.

Malgré son importance, peu de gens prennent le temps de la comprendre vraiment ou d’améliorer les composantes de la communication interpersonnelle (voir la liste ci-dessous). Donc, la concurrence est faible.

Néanmoins, à un certain point dans l’ascension de la dernière organisation, vos compétences dans ce domaine vous feront ou vous briseront. Investissez dans la communication interpersonnelle, cela vous rapportera plusieurs fois. Par exemple, le fait d’avoir de mauvaises aptitudes en communication interpersonnelle empêche généralement les chômeurs de trouver un emploi lorsqu’ils bombardent l’entrevue.

Qu’est-ce que la communication interpersonnelle ?

“Les sages parlent parce qu’ils ont quelque chose à dire ; les idiots, parce qu’ils doivent dire quelque chose.” – Platon

Cette vidéo traite des principes de la communication et de l’impact de ces principes de communication sur notre pensée. Par exemple, quelles sont les conséquences de traiter quelqu’un de perdant ? Et ne peux-tu pas, ne peux-tu pas communiquer ?

Vous vous demandez peut-être ce qu’est la communication interpersonnelle ? Il s’agit simplement d’envoyer un message entre deux personnes. Cela semble assez simple sur le diagramme ci-dessous, mais l’art est dans la pratique.

Le modèle de communication interpersonnelle semble simple et ne comporte que six éléments principaux : un émetteur, un récepteur, un support, le codage, le décodage et la rétroaction.

Il y a un flux d’informations entre l’expéditeur et le destinataire. Ce flux représente à la fois le problème central et l’opportunité centrale. Premièrement, la plupart des expéditeurs ne surveillent pas leurs propres mots. Deuxièmement, l’expéditeur ne reçoit pas de feedback non verbal de la part du destinataire. Cela entraîne toutes sortes de problèmes et de malentendus.

Voir aussi : La communication d’entreprise

L’expéditeur

La communication commence par une source, c’est-à-dire une personne, un groupe ou une organisation qui a une signification qu’elle tente de partager. L’encodage s’effectue du côté de l’expéditeur. C’est un processus invisible dans lequel le message passe de la pensée au langage.

Le récepteur

C’est ce rôle qui vous amène à l’assumer lorsque vous écoutez. Du côté du récepteur, il existe un processus invisible similaire appelé décodage. Le décodage est la conversion de la langue en pensée ou en sens.

Encodage et décodage

Pour transmettre du sens, une source doit placer ce sens dans une série de symboles qui représentent des concepts. Au cours du processus de décodage, les symboles sont convertis en concepts et en idées qui signifient quelque chose pour le récepteur.

Le moyen

L’expéditeur doit également choisir et utiliser un certain type de support de communication. Les trois canaux de communication classiques sont : écrit, verbal et électronique.

Récepteur

Un destinataire est la personne, le groupe ou l’organisation qui décode le message.

Interférence (ou bruit)

Parfois appelé bruit, il s’agit en fait de problèmes liés au processus ou à l’environnement qui empêchent l’écoute ou l’audition.

Rétroaction

Il s’agit de la réponse du destinataire à un message. Dans la communication interpersonnelle, la rétroaction devrait être transmise instantanément à l’expéditeur.

Obstacles à la communication interpersonnelle
Étonnamment, même cette forme relativement simple d’obstacles à la communication interpersonnelle (comparativement à ce qui se passe dans les groupes de toute façon) est truffée de nombreux types d’obstacles. Une liste restreinte comprend : des problèmes d’encodage du côté de l’expéditeur, un mauvais timing, l’impossibilité d’obtenir du feedback, etc. Mais il y a une liste plus longue de 17 obstacles à la communication.

En savoir plus sur notre agence de communication interpersonnelle

Six compétences en communication interpersonnelle

Compétence 1. L’élégance des relations interpersonnelles exige une communication bidirectionnelle

Les éléments verbaux et non verbaux de la communication interpersonnelle semblent être simples, il y a un nombre surprenant de variations. Par exemple, la communication interpersonnelle peut être bidirectionnelle ou unidirectionnelle. Si c’est à sens unique, c’est dominé par l’expéditeur. Le récepteur est très passif, dans bien des cas, faisant semblant de le faire avec une déclaration d’accusé de réception occasionnelle. En fait, un récepteur n’a même pas besoin de dire quoi que ce soit, il peut simplement hocher la tête de temps en temps. Faire semblant, c’est pratique, car on n’a pas à s’occuper d’une personne ennuyeuse. Comme on peut le voir, la communication interpersonnelle à sens unique crée des problèmes et on l’a parfois appelée écoute passive.

Mode recto verso intégral. Le terme duplex intégral est un terme emprunté à la technologie des communications. Cela signifie essentiellement qu’en tant qu’expéditeur, vous envoyez et recevez en même temps. Ainsi, lorsque vous êtes un orateur, votre but devrait être de prêter attention à la fois aux mots des destinataires et à leurs signaux non verbaux.

La raison pour laquelle nous faisons cela, c’est pour obtenir plus de sens des non verbaux des autres. Par exemple, vous pouvez ainsi déterminer si l’autre personne vous comprend ou non.

Si je te dis de me rejoindre aux Hollis, tu saurais ce que je veux dire ? La plupart d’entre nous diraient non. Cependant, en tant qu’expéditeur avec de grandes aptitudes à la communication interpersonnelle, vous feriez attention aux non verbaux, et seriez capable de voir que l’autre personne était confuse au sujet du mot “Hollis” et puis prendre des mesures pour clarifier.

Si vous savez lire les visages, vous avez un avantage sur ceux qui ne le savent pas. J’avais l’habitude de faire ça tous les matins avec mes patrons, car je voulais savoir dans quelle humeur ils étaient. J’avais de très bons patrons, mais de temps en temps, ils pouvaient mordre le cou d’un alligator. Si un événement aussi rare se produisait, il valait mieux dire bonjour, battre en retraite à la hâte et se cacher quelque part.

2. ÉCOUTE : Ce que d’excellents communicateurs font vraiment, vraiment bien

“L’esprit est comme un téléviseur, quand il s’arrête de fonctionner, c’est une bonne idée d’éteindre le son.” – Inconnu

La voix de son maître, Francis Barraud (1856-1924) a peint le chien de son frère, Nipper, en écoutant le cor d’un des premiers phonographes pendant l’hiver 1898.

“Chaque âne aime s’entendre braire.” – Thomas Fuller

“Le général Eisenhower et moi n’avons pas parlé de politique ou de campagne. On parlait surtout de peinture et de pêche. Mais ce dont je me souviens le plus de l’heure et demie que j’ai passée avec lui, c’est la façon dont il m’a donné toute son attention. Il m’écoutait et me parlait comme s’il ne s’était pas soucié de moi, comme s’il n’avait pas vécu les épreuves d’une convention politique, comme s’il n’était pas sur le point de faire campagne présidentielle.” – Norman Rockwell, Saturday Evening Post, 2 avril 196

La plupart des gens sont d’horribles auditeurs, mais ils savent très bien faire semblant. Nous le faisons avec des techniques telles que le hochement de la tête au bon moment, les reconnaissances d’époque telles que “Ah” et “Ah, ha”, et la technique classique présente dans le mariage, le “Oui, chéri”. En fait, nous sommes tellement doués pour faire semblant d’écouter que la personne moyenne ne peut même pas le dire.

Les leaders ne peuvent pas se permettre de développer une réputation d’écoute non qualifiée, c’est ruineux. Malgré cela, l’une des plaintes les plus courantes dans de nombreuses organisations est : “Mon patron ne m’écoute pas.”

L’écoute est importante – c’est un travail difficile – c’est quelque chose que peu de gens font bien. C’est parce que l’habileté de communication interpersonnelle appelée écoute exige une énergie mentale constante et il est plus facile de faire semblant. Techniquement, faire semblant consiste à utiliser certains types de signaux d’accusé de réception pour donner à l’expéditeur l’impression que nous sommes attentifs alors que nous ne le sommes pas.

De plus, il existe différents types d’écoute. Par exemple, vous pouvez écouter passivement, activement ou avec emphase. On peut écouter pour mémoriser ou écouter de façon critique comme moyen de vérification logique.

Cette aptitude à la communication interpersonnelle peut être améliorée, mais elle exige à la fois des connaissances et des efforts. Pendant de nombreuses années, j’ai mal agi. Je pensais que le problème fondamental était une série d’obstacles. Il s’est avéré que le vrai problème était un problème lié aux limites de l’attention. Il y en a cinq comme ça.

  • L’information en série diminue considérablement le traitement parallèle des langues
  • Les limites de capacité causent cette surcharge d’information
  • La fatigue fait contrepoids à la vigilance
  • Brèves périodes d’attention
  • L’attention est sélective – elle manque plus qu’elle ne traite.
  • Les gens se concentrent sur l’intérieur alors qu’ils devraient l’avoir à l’extérieur.

Souvenez-vous donc des paroles d’André Gide : “Tout a déjà été dit, mais comme personne n’écoute, il faut continuer à revenir en arrière et recommencer.

3. Lire les signes : La nature des signaux de communication non verbale

“Un nouveau venu dans une certaine station d’été a été surpris de voir un groupe d’hommes rassemblés sur la pelouse un soir en train de crier des chiffres les uns contre les autres. “Seize ans”, un criait, et tout le monde riait. “Cent trente-cinq”, disait un autre, et tout le monde riait. “Vingt-sept”, disait un tiers, s’étouffant presque de joie, et tout le monde riait. “Deux cent trois”, cria quelqu’un, et cette fois tout le monde tomba de sa chaise en hurlant. Les rires ont continué jusqu’à ce que certains d’entre eux deviennent bleus au visage et qu’il faut les marteler pour qu’ils n’étouffent pas. Par la suite, on a continué d’appeler des numéros et de rire, maintenant plus discret, s’est également poursuivi. Finalement, le nouveau venu parla à l’un des hommes en marge et dit : “Pardonnez-moi, mais dites-moi ce qui se passe.” Eh bien, dit l’autre, ce groupe se réunit chaque année dans cette station, et nuit après nuit, nous échangeons des histoires. Bien sûr, nous connaissons tous les histoires, alors nous leur avons donné des chiffres et nous avons gagné du temps en appelant les numéros.” Le nouveau venu hocha la tête. “Je vois. Mais dites-moi ceci. Quand quelqu’un criait : ” Deux cent trois “, tout le monde riait particulièrement fort. Pourquoi était-ce ?” Son informateur a gloussé. “Kohl Eh bien, tu vois, celui-là, on ne l’avait jamais entendu avant.

“Le plus important dans la communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit.” – Peter F. Drucker

La communication non verbale contient plus de sens que ce qui est incorporé dans les mots. Pourtant, peu d’individus y prêtent beaucoup d’attention et la personne moyenne est plutôt ignorante de ce que tout cela signifie. Une partie de cette confusion provient des différences culturelles. Si le sourire est universel, le sens attaché aux autres expressions faciales est déterminé par la culture.

Outre les différences culturelles, il existe de nombreux types de communication non verbale. Il s’agit notamment des artefacts, de l’haptique, de la kinésique, des expressions faciales, du paralangage, des gestes, de l’oscultisme, des chronémies, de la distance interpersonnelle et des mouvements du corps (Tubbs et Moss, 2006).

Comme vous le savez, les émotions et surtout communiqué à travers les caractéristiques de la voix et les expressions faciales. Si vous n’y prêtez pas attention, c’est comme si l’œil droit se fermait et que l’œil gauche regardait à gauche alors qu’il devrait regarder à droite. Tu rates tellement de choses.

Pour empirer les choses, beaucoup de gens ont tendance à s’engager dans une forme d’autoformation. Il s’agit d’un type particulier d’autotalk dans lequel la personne parle, mais ne fait pas attention à ce qu’elle dit à l’autre personne. Par exemple, ce parleur classique ne se soucie pas vraiment de savoir si leurs mots sont compris ou déroutants.

Mais périodiquement, ils sortiront de leur masturbation mentale pour voir que vous n’êtes pas parti. Et bien sûr, vous hocherez la tête poliment. Ils penseront à terme que vous êtes d’accord avec tout ce qu’ils viennent de dire. Ce n’est pas si difficile d’identifier l’interlocuteur, tout ce que vous avez à faire c’est de regarder dans les yeux. Outre le problème de l’automotivation, il existe de nombreux types différents de communication interpersonnelle non verbale.

4. Les grands esprits savent comment utiliser les questions pour communiquer des messages

Neuf types différents de questions que l’on peut se poser au cours d’une conversation.
Image de Murray Johannsen. L’image montre neuf différents types de questions que l’on peut utiliser au cours d’une conversation.

“Celui qui pose une question est un imbécile pendant cinq minutes ; celui qui ne pose pas une question reste un imbécile pour toujours.” – Proverbes chinois

“N’importe quel idiot peut dire que l’opinion est un fait, mais il faut un esprit créatif pour poser les bonnes questions.” – Inconnu

Pour une raison ou une autre, de nombreux cadres supposent qu’ils doivent dominer tout le monde. Cela se fait généralement en communiquant à voix haute avec un tempo rapide, pendant une longue période de temps pour empêcher quelqu’un d’être capable de parler ou de poser des questions. Si une question est posée, l’exécutif a une position de repli – la tirade de deux minutes d’insignifiance.

Le pouvoir des questions peut être vu dans les émissions de télévision où au cours d’un procès, l’avocat de la défense ou un procureur peut améliorer ou détruire la crédibilité d’un témoin simplement en utilisant des questions bien structurées.

Sans l’amélioration de cette capacité de communication verbale, il est pratiquement impossible d’offrir des conseils, une thérapie et une animation de groupe efficaces.

Les questions sont l’une des méthodes les plus puissantes pour vérifier et extraire l’information d’une autre personne. La clé est de poser la bonne question puisque la plupart des gens y répondent honnêtement. Nombreux sont ceux qui ne reconnaissent pas que les questions ont le pouvoir d’atteindre le même but que les énoncés persuasifs. Plutôt que d’utiliser des énoncés, il est préférable d’utiliser des questions pour encourager la personne à découvrir la réponse elle-même.

La communication habile avec les questions est subtile et plus indirecte. Il possède l’avantage supplémentaire que la personne ne devient généralement pas sur la défensive à la suite d’une communication interpersonnelle.

Sans cette technique de communication interpersonnelle, l’animation de groupe est pratiquement impossible. D’autres situations, comme la thérapie, en souffriront.

5. Des compétences en communication qui renforcent les RELATIONS RELATIVES

Un message laissé par une jeune fille dans une zone commune pour récupérer son chat. Il illustre l’importance d’utiliser une communication habile pour établir des relations et ainsi être en mesure d’exercer une influence. On ne sait pas si elle a trouvé son chat.

“On n’a jamais une seconde chance de faire une première impression positive” — American Saying

“Quand le caractère de quelqu’un semble impossible à comprendre, observez ses amis.” – proverbe japonais

On n’est jamais trop bon dans l’art de la communication. Découvrez ceux que vous pouvez améliorer
Un certain nombre d’études au fil des ans ont indiqué que les entrevues ont une corrélation relativement faible lorsqu’il s’agit de prédire le rendement futur au travail. Malgré cette faible validité, les organisations partout dans le monde font des entrevues un rituel d’initiation incontournable pour accéder aux richesses de l’entreprise.

Ainsi, bien que les entrevues n’aient pas une grande valeur pour l’agence de placement, elles sont super importantes pour le chercheur d’emploi qui doit agir, projeter et communiquer habilement d’une manière qui répond aux critères de l’interviewer pour le candidat idéal.

De bonnes aptitudes à la communication interpersonnelle produisent de bonnes relations – c’est aussi simple et complexe que cela. Alors que les Américains ont tendance à mettre l’accent sur l’importance de la communication interpersonnelle dans l’établissement de relations en raison de l’utilisation de contrats dans les affaires, d’autres cultures suivent un ensemble de règles différentes.

Pour les cultures d’Asie, par exemple, les affaires ne commencent que lorsque la relation est saine. Donc, si l’on a de mauvaises aptitudes à communiquer, si l’on ne peut pas établir de solides relations interpersonnelles, on est comme un dentiste sans foret.

De plus, certains types de techniques d’influence exigent l’utilisation de cet ensemble de techniques de communication interpersonnelle. On ne peut pas s’attendre, par exemple. Il a été démontré dans la recherche en psychologie que la communication des attentes est extrêmement importante.

Dans ce domaine : on utilise la communication interpersonnelle pour :

  • Établir la confiance
  • Établir des relations (ou être aimé),
  • Générer de l’empathie, et
  • Créer une impression positive

6. L’INTERVIEWING en tant qu’ensemble de compétences en communication interpersonnelle

Et sans ces compétences, vous ne réussirez pas bien aux entrevues.

Ce qui rend les entrevues si difficiles pour plusieurs, c’est que nous ne le faisons pas assez souvent pour être vraiment bons. L’autre problème, c’est qu’une entrevue de 20 à 30 minutes est à la fois très stressante et très risquée. Il est si facile de ne pas dire ce qu’il faut au bon moment, car les compétences en communication interpersonnelle suivantes entrent en jeu lors d’un entretien en face à face.

Communication bidirectionnelle. Ce n’est pas le moment d’être introverti, il faut vraiment s’engager dans le moment et pratiquer la communication bidirectionnelle.

Écouter activement. Vous le voyez tout le temps, une personne qui donne la mauvaise réponse à une question parce qu’elle n’a pas écouté la question posée avec efficacité.

Développer une relation. On a très peu de temps pour faire une première impression positive. Si vous maîtrisez cette compétence en communication interpersonnelle, vous avez de bonnes chances de réussir votre entrevue.

Poser des questions. Bien sûr, vous voulez vous vendre, mais vous voulez aussi obtenir des informations sur l’emploi dans l’entreprise qui aimerait vous embaucher. La plupart des intervieweurs s’attendent à des questions sur les choses que vous ne pouvez pas trouver sur Internet.

Surveillez la communication non verbale. Très peu de personnes peuvent recevoir des commentaires non verbaux d’une autre personne. L’aéroport, c’est d’être capable de lire le visage de la personne à qui vous parlez. Vous voulez vraiment savoir si ce que vous dites est compris ou déroutant, par exemple.

On n’est jamais trop bon dans l’art de la communication. Découvrez ceux que vous pouvez améliorer

Source : https://www.legacee.com/communication-skills/interpersonal/